.

LA LETTRE d'ENSEMBLE! 69 de DECEMBRE 2018

GERARD COLLOMB « SUPERMETROPOLE'MAN » ... LE RETOUR !

Il quitte le navire macroniste en difficulté. Pour des désaccords politiques de fond ? Pas du tout : c'est parce que Macron « manque d'humilité »... et Gégé en matière « d’humilité »... il connaît puisqu’il vient pour « rassembler, apaiser et faire gagner » SA ville ... !
Pourquoi : y a un problème ? Il semble que oui selon le sondage récent de Lyon Capitale qui indique que la liste de Collomb serait minoritaire face à l'ensemble des listes de gauche.
NE NOUS Y TROMPONS PAS
Gérard Collomb approuve la politique « et de droite et de droite » du gouvernement ultralibéral Macron-Philippe auquel il a participé à un poste clé. Il a défendu toutes les lois antisociales qui mettent en grande difficulté les collectivités locales, détruisent les Services Publics et des droits sociaux essentiels. Il est l'auteur de la loi « asile-immigration » qui se situe sur le terrain de la droite extrême en reprenant le mythe de « l'invasion », fait des migrants des « boucs émissaires » qu'il faut diviser entre « bons migrants réfugiés » à accueillir et « mauvais migrants économiques » à rejeter. Cette politique attise les peurs et donne des ailes à l'extrême-droite identitaire qui possède une forte « base arrière » dans le Vieux Lyon. Celle-ci fait des opérations nationales contre les migrants (avec une grande complaisance des autorités publiques), comme ce 5 octobre en occupant le siège de SOS Méditerranée à Marseille pour exiger la fin des opérations de sauvetage humanitaire de l'Aquarius.
GERARD COLLOMB N'EST PAS L'AVENIR POUR LYON
La politique qu'il a mise en œuvre tant à la Ville de Lyon qu'à la Métropole s'inscrit dans cette politique nationale libérale « macroniste ». Gérard Collomb l'a mise en avant pour assurer la promotion et la victoire du candidat Macron mettant à sa disposition tous ses « réseaux d'influence » lyonnais dont des réseaux de grands patrons. Maintenant que Macron est président des riches et que le « rouleau compresseur » antisocial est lancé dans tout le pays, ces mêmes grands patrons disent à Gérard Collomb « merci, maintenant il faut du sang neuf et jeune … prends ta retraite ». Après la politique du « libéral socialiste » Gérard Collomb style « gant de fer », voyant que la politique ouvertement libérale du « macronisme » risque de soulever des tempêtes de réactions sociales et citoyennes, le grand patronat et les « décideurs » locaux préféreraient un « libéral socialiste » style « gant de velours ». Le Président de la Métropole adoubé par Collomb, David Kimelfeld, ne s'est-il pas exprimé immédiatement pour dire qu'il pilotait toujours le paquebot Métropole de Lyon ?
UNE SOIF DE « POUVOIR PRESIDENTIEL » DE DINGUE ...
Macron-Jupiter se croit investi d'une mission : imposer un nouveau modèle de société libérale fondée sur la concurrence libre en France et en Europe. Fondé aussi sur la concurrence individuelle de tous contre tous entre « gagnants » et « perdants » pour lesquels l’Etat assurera un petit filet de protection « à minima ». Le régime peu démocratique de la V° République donne un pouvoir personnel exorbitant aux « chefs » des exécutifs élus à tous les échelons.
Gérard Collomb partage cette vision, il a construit la Métropole de Lyon sur le même modèle. S'il revient dare-dare, c'est comme le dit dans un communiqué Nathalie Perrin-Gilbert Maire du 1er arrondissement dans un communiqué : « (…) Il faut bien comprendre que Gérard Collomb a un désir de toute puissance et qu'il s'est construit un jouet sur mesure pour assouvir ce désir. Ce jouet est la Métropole de Lyon. Comprenant que la Métropole pourrait lui échapper, il revient pour essayer de la reprendre. On voit hélas, que ce n'est ni l’intérêt supérieur du pays, ni l'intérêt des Lyonnaises et des Lyonnais qui l'anime, mais bien sa trajectoire politique personnelle.(...) Il est, en effet, temps que Lyon se libère d'un joug féodal et que les Lyonnaises et les Lyonnais reprennent leur ville en main ».
La « gauche plurielle à la lyonnaise » sous la houlette d'un PS ayant créé le macronisme a vécu. Il est temps en effet qu'une gauche digne de ce nom et rassemblée pour construire une alternative à l'échelle de Lyon et de la Métropole prenne ses responsabilités.