Sur la crise politique actuelle

La rentrée est dominée par une crise politique, de la majorité et au niveau gouvernemental, qui redistribue bien des cartes. A la veille de rendez-vous importants pour le FdG – réunion nationale du 6 septembre, Fête de l'Humanité – Ensemble! voudrait préciser ses analyses. Il ne s'agit pas à cette étape d'élaborer un texte de redéfinition de la stratégie à mettre en œuvre, mais de mettre en cohérence quelques éléments d'analyse de la situation présente et de propositions politiques et organisationnelles pour le FdG.

1 - L'actuel changement de gouvernement représente une nouvelle étape dans le processus de crise politique que connaît le pays. Cette dernière est appelée à s’approfondir : le surcroît d'autoritarisme affiché, loin d'y apporter une solution ne fait que l'aggraver.
Avec la nomination du premier gouvernement Valls, le pouvoir avait tenté de tourner la page du grave échec qu'il venait de subir lors des élections municipales, ce au prix de la mise à l'écart des représentants d'EELV. Il a feint de pouvoir ignorer le nouvel échec essuyé avec les élections européennes. Cent quarante-sept jours après, les critiques de certains ministres socialistes à l'égard de la politique économique du gouvernement et
les invitations à engager un changement de cap, médiatisés comme une « fronde », ont conduit F. Hollande et M. Valls à décider ce qui peut être compris comme un coup de force : purger le gouvernement de ses éléments critiques, pour officialiser par quelques mesures phares et déclarations tonitruantes que le tournant du quinquennat se fait « à droite toute ! ».