.

LA LETTRE d'ENSEMBLE! 69 de DECEMBRE 2018

SOIREE-DEBAT répondre à l'urgence climatique et à la justice sociale : UNE QUESTION POLITIQUE !

Les bonnes questions que posent le mouvement des Gilets Jaunes, notamment sur la justice fiscale, le pouvoir d'achat … et les mauvaises réponses de Macron sur ces points, comme sur la politique climatique avec la grande majorité des Etats de la planète (cf la COP 24), soulignent l'actualité de cette soirée d'échange autour de cette idée :
La bataille pour le climat ET pour la justice sociale ne peut être gagnée que dans le cadre d'une transition écologique et sociale anticapitaliste.
• Cette transition implique de lier étroitement justice sociale et climatique, mouvement citoyen et forces politiques, mobilisation à tous les niveaux, du local au global.
• L'enjeu est de construire un projet -et une force politique pluraliste pour le porter- répondant aux urgences climatiques et sociales dans une perspective d'alternative au productivisme et au capitalisme.
C'est sur ces points que nous débattrons au cours de cette soirée avec …

Christophe AGUITON, militant altermondialiste, membre fondateur d’ATTAC, auteur de nombreux ouvrages sur le mouvement social
Michel BUISSON, commission écologie d’Ensemble!
soirée animée par Laurence BOFFET, élue du 1er ardt de Lyon

mercredi 30 janvier 2019
18h30

Maison des Passages, 44 rue St Georges – 69005 LYON
(métro Vieux Lyon)

Tous Ensemble ! En grève pour une autre politique !


Après des semaines de silence ou de paroles creuses, Macron a compris la puissance du soulèvement populaire. Mais il refuse de s’attaquer aux véritables détenteurs de la richesse pour répondre à la crise sociale et politique.

Annonces Macron : le compte n’y est pas

Le SMIC augmenté de 100 euros ? C’est toujours bon à prendre, mais ce n’est pas une augmentation de salaire ! C’est une prime payée par l’Etat, pas par les patrons. Ce sera donc au détriment des services publics ou par nos impôts : drôle de cadeau.

Les retraité.e.s qui ont moins de 2000 euros n’auront plus la hausse de dizaines d’euros de CSG : très bien, mais les retraites n’augmentent plus depuis des années ! Leur indexation sur la hausse des prix est refusée. Les heures supplémentaires défiscalisées, ce n’est pas une hausse des salaires, c’est encore nos impôts qui financent. De plus, les heures supplémentaires empêchent d’employer les privés d’emplois : Macron n’a rien dit pour les chômeurs ! Pire : il continue de leur faire les poches en imposant près de 4 milliards d’économies à l’UNEDIC. Enfin, Macron continue de favoriser les plus riches en refusant de revenir à l’ISF, privant ainsi de 5 milliards celles et ceux qui n’arrivent pas à boucler les fins de mois. Quant à l’urgence climatique, elle a disparu de son discours. Alors que plus de 100 0000 personnes ont défilé samedi 8 décembre !

Pas un mot pour les lycéens, les étudiants engagés dans une lutte contre la sélection et la réforme du baccalauréat ! Or le bac Macron aura une valeur différente selon les lycées d’où on vient, et les droits d’inscription sont gravement augmentés pour les étudiant.e.s étrangers. La seule réponse est policière : mettre les lycéen.ne.s à genoux parce que ce gouvernement ne veut pas d’une jeunesse debout.

Les annonces de Macron n’arrêteront pas l’action de celles et ceux qui agissent depuis près d’un mois sur les carrefours et dans la rue. Et qui réclament aussi une vraie démocratie politique. Or, le président n’a rien annoncé à ce sujet alors que, sur les barrages, les exigences de son départ, de la dissolution de l’assemblée, d’un référendum, se sont exprimées.

En grève et dans la rue le 14 décembre

Les annonces Macron montrent néanmoins que le pouvoir peut reculer. C’est la première fois depuis que les jeunes avaient gagné sur le CPE en 2006. C’est la preuve que, par une action déterminée on peut obtenir satisfaction. Mais la mobilisation est encore insuffisante parce que tout le monde ne s’y est pas encore mis, notamment dans les entreprises.

C’est aux gilets jaunes de décider un acte 5 le samedi 15 décembre. Notamment dans des assemblées générales.

Mais, dès ce vendredi 14 décembre, les organisations syndicales appellent à se mobiliser par la grève et dans la rue. Les salarié.e.s, les privé.e.s d’emploi, les lycéen.ne.s et étudiant.e.s, montreront leur force. Ce peut être le début d’une mobilisation générale pour un véritable changement de politique, pour :

- La justice fiscale, et d’abord le rétablissement de l’ISF, la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, l’annulation des hausses de la CSG, l’annulation du CICE (40 milliards).

- Une vraie augmentation des salaires, payées par les entreprises : la hausse du SMIC à 1800 euros, et 300 euros d’augmentation des indemnités de chômage, des pensions, des minimas sociaux.

- L’arrêt du démantèlement des services publics de proximité, des fermetures de lignes ferroviaires, le développement de transports publics de qualité, notamment dans les zones rurales et dans les banlieues.

- Une politique écologique qui s’attaque aux principaux responsables de la dégradation environnementale et non aux populations en difficulté.

Le mouvement ENSEMBLE soutient la mobilisation pour ce changement total de politique.

Le gouvernement reste sourd ! Si le pouvoir ne cède pas, ce sera au peuple de trancher. Un référendum sur des mesures sociales est indispensable.


APPEL "LYON EN COMMUN" - déclaration d'Ensemble! 69

Une délégation d'Ensemble!69 a assisté le 19 novembre à la conférence de presse d'Elliott Aubin (FI) et de Nathalie Perrin-Gilbert (Gram) de présentation de «_Appel du Lyon en Commun_» : «_Lyon en commun est un Lyon qui renoue avec sa tradition solidaire, un Lyon à l'horizon écologiste, un Lyon vivifié par un souffle démocratique_».
Nous partageons le projet d'une liste de large rassemblement sur Lyon. Cet Appel «_Lyon en Commun_» peut permettre d'ouvrir le chantier des municipales sur les contenus du projet et de créer une dynamique de regroupement d'une vraie gauche alternative à la gestion de Gérard Collomb comme de la droite classique et de l'extrême-droite.
Un premier rendez-vous est fixé pour tous ceux et celles qui se retrouvent dans l'appel lors d'une assemblée citoyenne début janvier.
Pour Ensemble!69 la construction d'un projet municipal n'est pas le prolongement d'un projet européen car même s'ils ont des interférences, il y a bien une spécificité propre à chacune de ces élections. De plus pour ce qui concerne les européennes en France, la situation de multiplication de listes concurrentes des gauches de transformation et de l'écologie politique n'est absolument pas l'exemple à suivre pour le rassemblement aux municipales.
Pour les Municipales de 2020, E! 69 partage l’objectif d'une liste de large rassemblement reflet des luttes et des mobilisations et soutenue par les forces politiques de gauche et de l'écologie politique qui s'y reconnaissent. Les militant·es issu·es des mouvements et collectifs divers qui ont lutté concrètement sur Lyon contre la politique anti-sociale, anti-immigrés, de la majorité Collomb et contre la gentrification et la bétonisation de Lyon au profit des plus riches (ex_: collectifs migrants, collectifs Guillotière, Part-Dieu, Mazagran, Bains-douches, collectif de défense des services public, collectifs logement…) sont les premiers concernés.
Ensemble! 69 se félicite de l’acquis de la liste «_Lyon Citoyenne et Solidaire_» élue dans le 1er arrdt, qui a incarné et incarne encore une opposition de gauche sociale, écologiste et démocratique à la majorité Collomb, ce que ses deux élues Nathalie Perrin-Gilbert et Isabelle Granjon ont porté par leurs interventions lors de la réélection de Gérard Collomb au Conseil Municipal du 5 novembre.
Ensemble! souhaite que cet appel permette une même dynamique de rassemblement sans exclusive pour les élections à la Métropole. Car le poids politique de celle-ci oblige la gauche écologiste sociale et citoyenne à se rassembler pour proposer une politique alternative pour une autre Métropole_;
E! 69 a proposé à ses partenaires de Lyon Citoyenne et Solidaire (Gram, PG, PCF) – avec lesquels elle gère le 1er arrondissement – une réunion commune fin novembre pour aborder la question du rassemblement de la gauche de transformation et donc la question de la réponse à l'appel «_Lyon en commun_». Elle demandera également une rencontre avec Génération.s. Mais l'essentiel sera la rencontre et le débat citoyen avec la population, les collectifs et les associations.
Dans ce cadre, le forum sur la «_civilisation de la gratuité_» du 5 janvier 2019, qui rassemble un arc large de forces associatives, syndicales, politiques de la gauche de transformation et de l'écologie politique, peut être un premier temps d'échange sur des contenus qui auront toute leur place avant, pendant et après la campagne des municipales.
De même, Ensemble! 69 invite à un autre rendez-vous public que nous proposons le 30 janvier 2019 : «_le climat une question très politique !_» avec comme invité Christophe Aguiton (militant altermondialiste, membre d'Attac). Ensemble!69, ses militant.es et ses élu.es présenteront aussi la réalité de leur activité sur la Métropole de Lyon : un point sera fait sur ses engagements dans la pré-campagne «_Lyon en Commun_».
L’équipe d'Animation du mouvement Ensemble!69

Faire reculer Macron, Président des riches, proposer des mesures pour la justice sociale et pour la transition écologique !

Depuis le 17 novembre, il aura fallu des centaines de milliers de personnes et des milliers de blocages sur la France entière pour crier une juste colère et un désespoir devant l’austérité sans cesse accrue et l’injustice sociale. Contrairement aux impôts directs basés par tranches de revenus, les taxes comme celles qui sont en cause en ce moment sont par nature INJUSTES car elles sont les mêmes pour tout le monde et donc ce sont les plus pauvres qui sont gravement touchés. C’est cette injustice qui fait déborder la colère. « La coupe est pleine », « on en a assez », « on n’y arrive plus » : voilà ce qu’on entend dans les barrages des gilets jaunes.

A cette mobilisation de celles et ceux qui sont dans l’urgence pour boucler les fins de mois, le gouvernement ne répond que par le mépris et prétend continuer sa politique anti-sociale. Le Président a par ailleurs montré le peu de cas qu’il fait de l’écologie en faisant l’éloge du nucléaire. Quand on sait qu’il ne fait rien pour préserver les petites lignes de chemin de fer et pour développer des transports publics accessibles à tous, il est clair que l’augmentation des taxes sur le carburant est une insulte.

Il est urgent de mettre en place la jonction entre le mouvement des gilets jaunes et les forces du mouvement social et écologiste. C’est possible à partir des axes qui nous rassemblent : la justice fiscale, la hausse des salaires, des pensions et des minimas sociaux, la défense de l’environnement, l’arrêt des fermetures de lignes ferroviaires et le développement de transports publics de qualité.
Tous ensemble, agissons avec les forces de gauche et écologistes, les syndicats, les associations environnementales, les usagers des transports. Pour sortir de la pauvreté, de la pollution, des bas salaires, de la dégradation des services publics, il faut une autre politique !

TRACT du COLLECTIF PART-DIEU à l'occasion des mobilisations climat

A l'occasion de la mobilisation sur le réchauffement climatique du samedi 13 octobre, le Collectif Part-Dieu, qu'Ensemble! 69 soutient, a diffusé ce tract faisant le lien ente le réchauffement climatique et l’aménagement urbain de la Part-Dieu.

Projet Part-Dieu : un projet qui contribue au réchauffement climatique !
La pierre et le béton [omniprésents en ville] absorbent la chaleur le jour et la restituent la nuit, explique Anne Lombès, médecin spécialiste du métabolisme interrogée par L'Express. Conséquence : "en ville, la température est élevée toute la journée et ne baisse pas autant qu'elle le devrait la nuit, les corps n'ont pas le temps de récupérer", précise-t-elle. Le jour, la hauteur de certains immeubles qui forment des "canyons urbains", où la chaleur s'accumule et forme les fameux îlots de chaleur urbains, accentuent encore la chaleur. Si un premier jour de canicule en ville est donc supportable, ceux qui suivent le sont de moins en moins. (Express du 22 juin 2017)

L’effet de réverbération favorise les ilots de chaleur

Le mégalomane projet Part-Dieu voulu par Gérard Collomb va contribuer au réchauffement climatique par sa densification et la « bétonisation » excessive de tous les espaces disponibles. La suppression de plusieurs espaces verts de pleine terre (environ 15 000 m² en tout) va aggraver ce phénomène. En effet, la réduction des pelouses et des arbres est une bien mauvais nouvelle en ces temps de réchauffement climatique : l’air sera irrespirable l’été dans ce quartier.

Un projet qui augmente la pollution atmosphérique par l’augmentation du trafic automobile

• Par le Surdimensionnement des parkings pour voitures
Alors que l'ancien parking du Centre Commercial était très sous utilisé, construire à nouveau 2 200 places pour le nouveau parking du centre commercial, plus 700 places sous la place Béraudier, et 623 places côté Villette, est une véritables incitation à davantage utiliser nos voitures. Un tel surdimensionnement est en contradiction avec l'objectif affiché dans le Plan des Déplacements Urbains (PDU) de modérer l’usage de la voiture.

• Par le percement de la rue Bouchut jusqu’à la gare qui entrainera une forte augmentation de la circulation sur toute sa longueur et dans les quartiers voisins, et davantage de pollution et d'émissions de gaz à effets de serre.
C'est ce qui ressort du schéma de circulation figurant dans les 3 enquêtes publiques depuis 2015

• Par la suppression du site propre de bus sous l’avenue Pompidou qui conduit à une perte d'efficacité et d'attractivité de la ligne C9, dont le parcours est rallongé et la vitesse ralentie.
La suppression du site propre de bus va à l’inverse des préconisations du PDU qui suggèrent aux entreprises et collectivités locales « d’encourager leur personnel à utiliser les transports en commun »


L’aménagement de la gare ne correspond pas aux besoins ferroviaires

Avec seulement une voie en plus, cet aménagement est insuffisant. La gare ne va être deux fois plus grande comme cela est répété. Sans doute l’espace piétons sur 2 étages double avec des galeries commerciales, mais ce qui serait prioritaire dans cet aménagement, serait de réaliser des quais supplémentaires pour accueillir les actuels salariés de la Part-Dieu dont certains prennent le TER, sans compter une partie des futurs 40 000 salariés supplémentaires à l’horizon 2025. Il faudrait au moins aménager 3 voies supplémentaires avec un sillon ferroviaire à partir de la Manufacture des tabacs.

Un projet qui n’est pas un quartier à vivre
La Métropole a choisi d’agrandir l’école Jouhaux déjà saturée et qui va passer à 22 classes plutôt que de créer une école en plein cœur de la Part-Dieu. Et comme il n’y a pas assez d’espace de récréation, on va prendre une partie de l’espace de la place des Martyrs de la Résistance, alors qu’il était prévu d’en faire un square vert.
Aucun autre équipement public n’est prévu (Aucun établissement scolaire, équipement culturel, social, sportif ou établissement de santé...)

La surdensification tertiaire au détriment de logements abordables
Le projet envisage de passer de 550 000 m2 de bureaux et commerces à 1 700 000 m2.Cela ne laisse pas beaucoup de place pour les logements…
Et les programmes immobiliers de logements sur la ZAC Part-Dieu sur l’espace DESAIX concernent essentiellement les populations fortunées, où les immeubles Bouygues ont un prix au m2 oscillant entre 5 500 €/m2 et 6500 €/m2 pendant que l’on exproprie les locataires et les copropriétaires actuels de l’espace Milan.

Il est encore possible de revenir sur certaines décisions afin de permettre :

• Des espaces verts de pleine terre pour rendre la ville plus agréable et limiter les surchauffes estivales
• Des murs et des toitures végétalisés
• La réduction réelle de la part de l'automobile
• Plus de transports en commun en site propre
• Une école publique au cœur de la ZAC Part-Dieu
• Un véritable aménagement de la gare avec 2 voies supplémentaires nécessaires et des services minimums gratuits
• Plus de logements, (notamment des logements sociaux) avec 30% de bureaux en moins

Ensemble essayons de corriger le projet Part-Dieu pour le rendre plus écologique et plus social !

Pour plus de renseignements : collectifpartdieu@gmail.com
Suivez nous sur Facebook : Part-Dieu le Collectif